Le foncier rural a chuté de 4,94 % en 2010

Agrandir le texteRéduire le texteImprimer

Peu avant de fêter son 50e anniversaire, la SAFER dévoile les chiffres du marché 2010, à nouveau en baisse. En cause : la forte urbanisation du Languedoc-Roussillon.

safer.jpg

Selon l’étude annuelle communiquée par la SAFER Languedoc-Roussillon jeudi dernier, le 9 juin 2011, le marché immobilier de l’espace rural, déjà orienté à la baisse en 2009, chute de nouveau de 4,94 % en un an.

Le marché immobilier de l’espace rural progresse néanmoins de 1,81 % en surface sur la même période.

D’une valeur de 535 M€ en 2010, pour une surface globale de 23 218 ha, le marché foncier rural atteint à cette occasion son niveau le plus bas en 5 ans.

Le prix des terres nues (sans vignes), reflétant la diversité des zones agricoles de la région, connaît une stabilité nuancée. Il baisse dans l’Hérault (8 200 €/ha en 2009 contre 7 750 €/ha en 2010) et dans les Pyrénées-Orientales (13 070 €/ha contre 11 700 €/ha), se stabilise en Lozère (4 010 €/ha contre 4 150€/ha) et dans l’Aude (6 280 €/ha contre 6 470 €/ha), mais n’enregistre qu’une seule hausse, dans le Gard (8 380 €/ha contre 8 840 €/ha).

Le Languedoc-Roussillon, qui demeure le premier vignoble de France, connaît un marché actif.

Ainsi, le marché foncier viticole connaît une augmentation de 5,39 % en surface. Toutefois, il baisse en valeur de 3,77 %, atteignant de nouveaux prix plancher dans l’Aude (valeur globale : 10,5 M€) et dans les P.-O. (3,6 M€).

Dans l’analyse de ces orientations, la SAFER pointe du doigt l’urbanisation accélérée du Languedoc-Roussillon, pour laquelle 4 400 ha ont été absorbés en 2010.

« Cela représente 10 % de la totalité des superficies cédées l’an passé, contre 7,8 % seulement au plan national, commente le directeur général de la SAFER, Philippe Tronche. Le taux français est déjà deux fois supérieur à ce qu’on peut observer sur le marché rural allemand ! »

La SAFER-LR fêtera ses 50 ans en 2011, à l’occasion de son assemblée générale prévue le 21 juin 2011.

La SAFER organise une table ronde sur le thème « L’implication nécessaire de l’État et des collectivités pour une vraie politique foncière », à laquelle participeront l’ancien ministre de l’agriculture Henri Nallet, le président du Conseil régional Christian Bourquin, le préfet de région Claude Baland, et les présidents des Conseils généraux de l’Hérault et de Lozère, André Vezinhet et Jean-Paul Pourquier.

« Aurons-nous le courage politique de bloquer les terrains à bâtir pour conserver des ceintures vertes autour des villes ? s’interroge Dominique Granier, président de la SAFER-LR. Une étude récente de Cemagref prouve que ce sont les meilleures terres agronomiques, celles qui nourrissent la planète, qui sont utilisées pour cette artificialisation à marche forcée. »

Consultez dans le document ci-joint une carte des prix des terres et près libres (fichier png) pour 2010.

Anthony Rey