Vous êtes ici

Vestiges des Caves Bâtardes du Lodévois et du Larzac

(Époque Moderne & Contemporaine)

La région des Grands Causses est connue de longue date pour ses productions fromagères dont la plus réputée est très certainement le Roquefort. Très tôt, profitant de la renommée de ce fromage, des caves se développent en dehors du village de Roquefort et commercialisent des fromages qui se veulent identiques à l’original. Aux XVIIIe et XIXe siècles, de nombreuses caves bâtardes sont en activité dans ce milieu karstique particulièrement riche en grottes et avens. Les « imitations » représentaient une part non négligeable de la production de fromage à pâte persillée. L’institution de l’Appellation d’Origine, le 26 juillet 1925, met progressivement un terme à la production en dehors du village de Roquefort et les caves « bâtardes » ferment graduellement.

Malheureusement les caves se dégradent rapidement et, sans étude, la connaissance de leurs installations et de leur fonctionnement risque d’être perdue d’ici quelques années.

Après un premier travail d’inventaire (Labbé & Serres, 1999), des études archéologiques ont été menées dans le territoire du Lodévois et Larzac. La première, initiée en 2008, a été consacrée à la cave de Vitalis située sur la commune de La Vacquerie puis, à partir de 2013, les recherches ont porté sur une douzaine de caves présentant une grande variété tant d’un point de vue chronologique qu’architectural ainsi qu’en terme de volume de production. Les techniques de construction, les activités pratiquées et les circuits de production sortent peu à peu de l’oubli.

Le Département de l’Hérault finance ce projet à hauteur de 5 000 €/an soit 50% du coût de l'opération.

Responsable d’opération Eric Kammenthaler (IKER Archéologie)