Les étangs

Etang de Thau, Mèze - C. Cambon

Les systèmes lagunaires, une des originalités de la côte héraultaise

Nées d’un lent processus qui s’est enclenché il y a plus de 20 000 ans, les lagunes sont le fruit du travail continu des vagues et des courants. Ceux-ci ont bâti au cours du temps, des barrières de gravier et de sable - les lidos - ancrés sur des éperons rocheux (à l’exemple du mont Saint Loup et du Mont saint Clair)  - refermant ainsi les baies pour constituer un chapelet de lagunes.

Mais cette évolution n’est pas seulement due aux phénomènes naturels. L’homme a également joué un rôle essentiel dans le façonnage de ce paysage lagunaire. C’est vers le XVIIIème siècle, avec l’accroissement du trafic maritime, que la nécessité de creuser des voies de navigation s’impose. La création du canal du Rhône à Sète va ainsi cloisonner l’espace lagunaire entre Aigues-mortes et Agde en une quinzaine d’étangs.

Certaines de ces lagunes sont en communication directe avec la mer par le biais de graus ou de canaux. Elles sont salées et généralement peu profondes (1 mètre en moyenne, mais jusqu'à 10 mètres dans l'étang de Thau). Grâce à leur caractère saumâtre et leur situation à l’interface terre-mer, les lagunes présentent une grande diversité et richesse écologique qui leur confèrent le statut de réservoirs de biodiversité. Ces lagunes sont aujourd’hui classées en sites Natura 2000. Elles constituent des paysages remarquables sur le littoral héraultais et servent de support à de nombreuses activités tant traditionnelles, culturelles, récréatives qu’économiques. L’homme et la nature ainsi cohabitent …

En constante évolution, ces lagunes, milieux fragiles, ont subi des changements majeurs au fil des siècles. Ainsi, certains étangs occupent ce qui fut le lit du Rhône, d'autres se sont peu à peu fractionnés ou comblés alors qu'ils communiquaient généreusement avec la mer.

Les lagunes et étangs

Lagune de Thau

La plus vaste des lagunes héraultaises est la lagune de Thau, véritable mer intérieure. D’une superficie de 7 500 hectares (Long de 19,5 km sur 4,5 de large ; fonds à 10 m et gouffre à 30 m), c'est le 2ème plus grand étang de France. Cette lagune, dans laquelle débouchent le canal du Midi et le canal du Rhône à Sète, est le support d’activités économiques où la pêche et la conchyliculture tiennent une place prépondérante. Déjà, à l’époque gallo-romaine, les huîtres y étaient pêchées. Une activité de commerce des huîtres et du vin prospère s’exerçait sur les rives de la lagune. Aujourd’hui, diverses espèces y sont récoltées ou pêchées (huître, palourde, clovisse, moule, crevette, crabe, oursin, anguille, daurade, loup …)

Sa richesse n’est pas qu’économique ; les eaux lagunaires recèlent des richesses écologiques exceptionnelles tout comme les zones humides, lieux de prédilection pour accueillir de nombreuses espèces d’oiseaux.

La lagune offre un singulier paysage en raison du quadrillage régulier des parcs à huîtres.

Pour prendre la mesure de l'étang de Thau, le mieux est de prendre le bateau ! De nombreuses promenades nautiques permettent de découvrir ce milieu si particulier, in situ.

Accéder à la fiche contact du musée de l'étang de Thau

Les étangs palavasiens : Vic,  Ingril,  Arnel, Méjean, Prévost, Pierre blanche, Grec, Mouettes et La Peyrade

D'une superficie d’environ 4000 ha, ce complexe lagunaire est constitué d’une succession de plusieurs étangs typiques du littoral méditerranéen qui sont parcourus par le Canal du Rhône à Sète. D’une grande richesse avifaunistique, on y rencontre des espèces emblématiques comme l’avocette élégante, les sternes et encore le flamant rose.

Ces étangs présentent une activité de pêche professionnelle et sont aussi fréquentés pour  la chasse, le tourisme, les loisirs et la navigation fluviale. Quelques vestiges d’activités salicoles viennent compléter le paysage et ériger une mosaïque de milieux où l’eau est le fil conducteur.

etang-de-lor.jpgL'Etang de Mauguio ou de l'Or

D'une superficie de 2960 ha, la profondeur moyenne de l'étang de Mauguio est de 1,1 m. Occupé par des pêcheurs qui y vivaient dans des huttes de roseaux, dès 3000 ans avant JC, cette forme d’occupation est à l’origine de la culture « cabanière » très présente sur l’étang et ses berges. Une petite activité de pêche traditionnelle perdure encore.

L’étang de l’Or et ses marais sont d’une grande valeur paysagère, écologique, hydrologique et patrimoniale. De nombreux oiseaux peuvent y être admirés tels que le héron cendré, l'aigrette garzette, le grèbe huppé  ou le flamant rose.

Le Bagnas

Classé en réserve naturelle nationale, l'étang du Bagnas est situé près de la commune d'Agde. Constitué du grand et du petit Bagnas, c’est un site remarquable en hiver pour le stationnement des oiseaux d'eau et en été pour la nidification des échasses, avocettes, sternes pierregarin et naine mais aussi hérons et passereaux …
Son accès est réglementé et  l’accueil du public a été organisé à partir d’un cheminement et d’un observatoire situés près du grand Bagnas. Le Département y mène des actions spécifiques de gestion (gestion des milieux naturels, études diverses, protection du littoral...)...     
Contact et Renseignements : Domaine du grand Clavelet – Route de Sète - 34 Agde - 04 67 01 60 23