Quelques conseils avant de prendre la route

Ethylotest - cg34

Alcool, drogue et médicaments

La consommation d'alcool, de drogue et de médicaments entraîne des conséquences importantes :

  • le champ visuel est rétréci ;
  • la perception du relief, de la profondeur et des distances est modifiée ;
  • le temps de réaction visuelle augmente ;
  • la sensibilité à l'éblouissement est accrue ;
  • la vigilance et la résistance à la fatigue diminuent ;
  • l'effet inhibiteur de l'alcool amène le conducteur à sous évaluer les risques et à transgresser les interdits.

CANNABIS et ALCOOL, c'est 15 fois plus de risque d'accident mortel.

Sur la route, les effets du cannabis et de l'alcool se cumulent : les risques sont importants, même si les deux produits sont consommés à faible dose. La capacité du conducteur à maintenir sa trajectoire et le temps de réaction face aux manœuvres des autres véhicules sont particulièrement perturbés.

Pour le respect de soi-même et des autres, mais aussi pour éviter tout phénomène d’addiction, la consommation de produits psychotropes est interdite lorsqu’on prend la route.

Ceinture

 

En voiture, une place = 1 ceinture

 

Chacun doit veiller à ce que tous les passagers (y compris le conducteur) soient attachés, à l'avant comme à l'arrière. Il est impératif de faire voyager un enfant dans un siège adapté à son âge, son poids et sa morphologie.

Plus de 500 vies seraient épargnées chaque année si tous respectaient ces consignes.

Vitesse

RESPECTONS TOUJOURS LES LIMITATIONS DE VITESSE, car rouler vite c'est :

  • réduire son champ de vision ;
  • augmenter la distance d'arrêt ;
  • provoquer fatigue et perte de vigilance ;
  • augmenter le risque de perte de contrôle du véhicule ;
  • accroître la probabilité d'être tué.

Fatigue-hypovigilance

 

FATIGUE ET SOMNOLENCE, UN DANGER AU VOLANT !

 

Règles à respecter :

  • respecter le rythme veille/sommeil habituel sans oublier que la dette de sommeil s'accumule ;
  • ne pas dépasser 2 h de conduite continue sans faire une pause hors de son véhicule ;
  • lors des pauses, si on se sent somnolent, fermer les yeux : si le sommeil vient, ne pas hésiter à prendre le temps de dormir ;
  • si on se sent "embrumé" prendre un ou deux cafés avant de s'assoupir lors des pauses (il faut 15 à 30 minutes pour que la caféïne agisse) ;
  • éviter de conduire plus de 6 à 8 h par jour ;
  • penser à s'alimenter sainement.

2 roues motorisés ou non

Pour les 2 roues motorisés, l'allumage des feux de croisement est obligatoire !

Être plus visible en 2 roues motorisés c'est se rendre plus visible de l'ensemble des autres usagers de la route. C’est aussi faire attention aux angles morts des véhicules à gros gabarits : ne jamais se positionner entre le bord de la chaussée et l’avant droit des poids lourds ou transports en commun, notamment lorsqu’ils sont à l’arrêt à un feu rouge.
Pour tous les usagers : être vigilant et respecter les distances de sécurité entre les véhicules et les adapter à la densité du trafic, aux conditions météorologiques et anticiper les changements de direction.

L’utilisation d’un cyclomoteur ou d’un scooter se généralise, mais nécessite une attention particulière sur le respect de certaines règles de base :

  • se protéger en portant un casque attaché, porter des gants et des vêtements épais pour éviter des brûlures en cas de chute (même s’il fait chaud), préserver ses orteils et circuler avec des chaussures fermées ;
  • s’intégrer dans le trafic routier en évitant de slalomer entre les voitures, ne jamais dépasser par la droite, respecter la signalisation, informer les autres usagers des changements de direction ;
  • anticiper : être attentif aux réactions des autres : ouverture de portières intempestives, virage à gauche, freinage brutal du véhicule qui précède ;
  • si transporter un passager est autorisé, lui aussi doit porter un casque et l’attacher ;
  • penser que débrider un moteur c’est dangereux : il n’a pas été conçu pour rouler au-delà des 50 km/h, et l’assurance refusera toute indemnisation en cas d’accident.

Téléphone

TÉLÉPHONER EN CONDUISANT multiplie par 4 le risque d'accident !

La conduite nécessite une concentration impliquant une charge mentale importante, alors :

  • au volant, c'est la messagerie qui répond ;
  • pour écouter ses messages on s'arrête sur un lieu adapté : parking, place de stationnement, aire de repos ;
  • le téléphone, même avec une oreillette ou un kit main libres, modifie le comportement et la capacité à réagir. En cas d'imprévu, le temps de réaction augmente de 50% en moyenne.
  • L'envoi comme la réception de sms ou mms sont incompatibles avec la conduite, tout comme consulter des informations multimédia ou internet, même s'il s'agit d'informations concernant son itinéraire.

Eco-conduite

La pratique de l’éco-conduite permet de limiter l’impact de nos déplacements sur l’environnement, mais c’est surtout adopter une conduite responsable pour protéger notre vie et celle des autres. Comment ?

  • vérifier la pression des pneus : un pneu sous-gonflé c’est consommer davantage de carburant ;
  • un mauvais entretien de son véhicule peut entraîner une surconsommation de carburant de 25% ;
  • supprimer toute charge inutile, et surtout ne pas oublier de démonter les coffres et barres de toit ;
  • conduire avec souplesse, et surtout démarrer en douceur puis anticiper les ralentissements avec le frein moteur ;
  • réduire de 10km/H sa vitesse en toutes circonstances c’est économiser 5 litres de carburant ;
  • lors d’un arrêt prolongé, couper le moteur ;
  • l’automne arrivant, utiliser la climatisation du véhicule avec modération : près de 20% de carburant peuvent être économisés sur une conduite en ville.

Aménagements-chantiers

Aux abords des chantiers :

  • redoubler de vigilance ;
  • respecter les consignes des panneaux de signalisation positionnés sur la route ;
  • adapter – réduire sa vitesse ;
  • anticiper un danger éventuel ;
  • respecter strictement les distances de sécurité (100 m avec le véhicule qui précède).

Météo

Le secret d’une conduite sécuritaire sur la neige et les routes glissantes, c’est la prudence, la douceur, la souplesse et l’anticipation. Donc pas de coup de volant, d’accélération, d’embrayage, de frein !

La distance de freinage sur routes glissante est beaucoup plus longue. Le freinage doit être effectué avec modération, en fonction du coefficient d’adhérence du revêtement sur lequel vous vous trouvez. Si les roues bloquent au moment du freinage, la voiture devient incontrôlable. Il faut alors lâcher les freins et freiner par à-coups : le véhicule peut ainsi être contrôlé. Attention toutefois de ne pas utiliser cette technique lorsque la voiture est équipée d’un système ABS. Celui-ci empêche le blocage des roues et assure un contrôle permanent du véhicule. Il ne faut donc pas le débrancher pour rouler sur la neige.

Il vaut mieux démarrer en 2e en donnant le moins de gaz possible pour que les roues ne dérapent pas.