Le projet de déviation de Gignac

RD 32 Projet de déviation de Gignac - Conseil général

Le contexte

La RD 32, route classée dans le réseau multipôle du conseil départemental, assure la liaison entre le nord-est du département et la moyenne vallée de l’Hérault.

Cet itinéraire supporte un trafic routier conséquent qui traverse l’agglomération de Gignac (6500 véhicules par jour en moyenne / pointes de 9000 véhicules par jour pendant l’été).

En plus des flux touristiques liés au Grand Site de St Guilhem le Désert, ce trafic est constitué d’un nombre important de poids lourds qui génèrent des problèmes de sécurité routière, de circulation, et d’impacts sur le cadre de vie des riverains (nuisances sonores, qualité de l’air dégradée,…).

Dans ce contexte, le Département de l’Hérault envisage de réaliser une déviation de la RD32 à l’est de Gignac.

Les enjeux de cette opération routière :

  • Améliorer la liaison entre la haute vallée de l’Hérault et l’A750, dans le respect des sites traversés (cohérence avec le projet Valcordia).
  • Réduction des trafics dans la traverse de Gignac
  • Pacifier et sécuriser le centre de Gignac
    • en réduisant les vitesses et les nuisances ;
    • en favorisant le développement des modes doux et l’accessibilité des personnes à mobilité réduite ;
    • en créant une opportunité de requalification urbaine de la traversée d’agglomération.

Le projet routier

Pour concilier ces enjeux de sécurité routière, de cadre de vie et de développement local, le département a étudié plusieurs variantes de tracés pour cette déviation.

Dans tous les cas, le parti d’aménagement proposé intègre :

La création d’une voie nouvelle d’environ 2,2 km de longueur à l’est du village de Gignac :

  • la construction d’un giratoire sur la RD32 au nord de l’agglomération, la déviation étant raccordée au sud sur le nouvel échangeur autoroutier de St Jean d’Aumières,
  • la création d’ouvrages de rétablissements agricoles, piétonniers et hydrauliques,
  • la réalisation d’ouvrages de rétention et de dépollution des eaux de ruissellement issues des plateformes routières,
  • un traitement architectural soigné des ouvrages
  • une attention stricte à la protection de l’environnement incluant un accompagnement paysager de qualité.

 

Suivant les différents tracés, le coût de cette opération routière intégralement financé par le Département est évalué entre 6 et 10 M€ TTC.

La concertation publique autour de ce projet

Le Département souhaite retenir le tracé qui concilie le mieux les intérêts agricoles, économiques, environnementaux routiers et financiers et souhaite pour organiser une concertation poussée autour du projet.

Les premières études préliminaires ont servi de support à une première phase de concertation informelle avec les collectivités locales, le monde agricole et les services de l’état.

Le Département souhaite désormais privilégier la démocratie participative directe avec une procédure de concertation publique formalisée suivant l’article L300 du code de l’urbanisme.

A cet effet, une réunion publique est programmée le mardi 24 avril 2012 à 18 h 30 en mairie de Gignac.

Les différents tracés sont exposés en mairie du 25 avril au 18 mai 2012 (les documents téléchargeables ici), avec la possibilité de laisser votre avis ou vos commentaires sur un registre d’observations ou en utilisant le formulaire suivant. et de visualiser les vidéos ci-dessous.

A l‘issue du bilan de cette concertation, la variante la mieux adaptée fera alors l’objet d’études détaillées débouchant sur une enquête préalable à la déclaration d’utilité publique.

Le Planning de l’opération

Sur la base d’un planning prévisionnel intégrant les délais courants liés à l’ensemble des procédures administratives et foncières, la mise en service de la déviation pourrait être envisagée à l’horizon 2016.

Les trois variantes du projet en vidéo :

Variante 2

Chargement du lecteur vidéo ...

 

Variante 3

Chargement du lecteur vidéo ...

 

Variante4

Chargement du lecteur vidéo ...

 

 

Télécharger les documents