Vous êtes ici

Les aménagements sur le littoral héraultais

AMENAGER DURABLE : LE DEFI À RELEVER

Densément peuplé avec 4 pôles urbains (Montpellier, Sète, Béziers et Agde), le littoral héraultais est également  très fréquenté l’été avec l’arrivée des touristes. Un autre défi est à relever : l’impact du réchauffement climatique. Ces enjeux induisent de porter des projets d’aménagements et de mener des politiques qui garantissent  les meilleures conditions de vie aux habitants tout en préservant le littoral.

UNE #MOBILITÉ ADAPTÉE ET DURABLE

Pour répondre aux nouveaux besoins en routes entraînés par la pression démographique et estivale, le Département modernise le réseau de routes départementales, selon les principes du développement durable.

25 000 véhicules sur la RD600 chaque jour, un trafic qui doit s’intensifier d’ici 2045 (+30%) notamment en raison de l’attractivité du territoire : + 26 000 habitants d’ici 2040

Dans le cadre du projet de doublement de la RD600, liaison desservant le port de Sète-Frontignan ainsi que la station thermale de Balaruc-les-Bains, le Département a conçu le projet pour réduire le plus possible son emprise et limiter les impacts sur les milieux naturel, agricole et viticole :  traitement des eaux de pluie effectué dans des bassins de dépollution avant d’être rejetées en milieux naturels, protection des espèces végétales et animales présentes…

Il s’agit également de développer l’intermodalité pour encourager les habitants et les touristes à privilégier des modes de déplacements doux ou partagés. Avec son schéma cyclable, le Département élargit chaque année son réseau dédié aux cyclistes. Le long du littoral, l’Eurovélo 8, véloroute à travers les pays méditerranéens de l’Union Européenne qui passe par La Grande Motte, Sète, Marseillan, Béziers jusqu’à l’Aude, a été inaugurée cette année.

Organiser le covoiturage, créer des pôles d’échanges multimodaux autour des gares, le Département mène de nombreuses actions pour simplifier les déplacements et fluidifier la circulation.

Il s’agit aussi d’étudier de nouvelles formes de déplacements propres au littoral, maritime et fluviale via le Canal du Rhône ou le Canal du Midi : le transport en commun par bateau.

130 kms d’itinéraires aménagés par le Département

PENSER L'URBANISME

Outre l’aménagement des routes, le Département propose une politique urbanistique pour préserver la côte héraultaise tout en répondant à la forte demande de logement sur le littoral :

  • Préserver les zones agricoles littorales contre l’artificialisation des sols
  • Veiller à une utilisation raisonnée du foncier et stabiliser les prix pour lutter contre la ghettoïsation
  • Renforcer les équilibres avec l’arrière-pays
  • Imaginer des formes d’habitats et d’aménagements : habitat modulaire, flottant, démontable, sur pilotis…

« Le Département a toujours été un acteur de l’aménagement du littoral. Dans les années 60 pour développer le tourisme sur notre côte, il s’agissait de créer avec la Mission Racine des stations balnéaires telles que la Grande-Motte ou le Cap d’Agde. Face aux nouveaux enjeux démographiques et environnementaux, le Département s’adapte et envisage des solutions innovantes dans ses politiques d’aménagement. » Pierre BOULDOIRE, 1er Vice-Président aux solidarités territoriales

DÉMOUSTIQUER

Le Département est à l’initiative de l’Entente Interdépartementale de démoustication (EID), toujours indispensable aujourd’hui. Pour mener sa lutte, l’EID emploie des moyens respectueux de l’environnement et de la faune du littoral, et ce depuis sa création. Elle travaille par actions ciblées et utilise à présent un bio-insecticide, le BTI, inoffensif pour l’écosystème.

AGIR POUR LA PLAGE ET LES ESPACES NATURELS

Le Département s’investit dans la préservation et la valorisation du littoral. Au travers de ses missions, il engage d’importants investissements pour combattre l’avancée de la mer, par techniques dites « douces » (végétalisations de dunes, ganivelles…), et restaurer des plages emblématiques de l’Hérault.

Tourisme : l'Hérault numéro 1 en Occitanie

Installation d’une série de boudins en géotextile remplis de sable, parallèle au rivage entre Sète et Marseillan, pour atténuer l’action de la mer sur le trait de côte et retenir le sable sur la plage (deuxième phase en cours). Cette opération est menée par Sète Agglopôle Méditerranée, en cofinancement avec le Département, l’Europe, l’État, la Région.
Reconstruction du cordon dunaire et comblement des bassins aquacoles désaffectés à Villeneuve-lès-Maguelone sur un secteur en espace naturel protégé. Un chantier de mise en valeur paysagère important qui améliore les conditions d’accueil du site de la cathédrale de Maguelone sous co-maîtrise d’ouvrage Département de l’Hérault – Commune de Villeneuve-lès-Maguelone, en cofinancement avec l’Europe, l’État et la Région
Remise en valeur du Petit Travers par réensablement de la plage (1 million de m3 de sable apporté sur tout le golfe d’Aigues-Mortes), renaturation du site et amélioration des conditions de fréquentation pour les usagers : déplacement d’un rond-point, destruction de la route et aménagement d’aires de stationnement. Opération menée aux côtés du SIVOM de la Baie d’Aigues-Mortes et de l’Agglomération du Pays de l’Or, en cofinancement avec l’Europe, l’État et la Région.

Le Département de l’Hérault mène depuis les années 1980 une politique de préservation des sites, des paysages et des milieux naturels sensibles sur l’ensemble de son territoire, notamment le littoral. Cette stratégie est menée en partenariat avec les communes concernées et le Conservatoire du Littoral. À ce jour, le Département est propriétaire de 6000 ha d’espaces naturels sensibles, dont 210 ha en bordure de Méditerranée.

Dans ce cadre, le Département pilote une action de préservation de la cistude d’Europe sur une zone humide de 15 ha, dont il est devenu propriétaire près de l’étang de l’Or. Cette tortue est classée en espèce protégée.

«  Préserver la biodiversité de notre côte est fondamental ! Le Département y contribue en reconstituant les dunes, en protégeant les zones sensibles telles que les étangs. »

Christophe MORGO, Vice-Président délégué à l’environnement