Sentinelles de la biodiversité

Nigelle de Damas - Xavier Bouttoleau

Pourquoi ce projet ?

"Depuis une dizaine d’années, les termes de développement durable et de biodiversité sont entrés dans notre quotidien. Nos concitoyens, même s’ils ne mesurent pas exactement ce que recouvrent ces termes, sont conscients des changements que subit notre planète et de l’impact des activités humaines et principalement sur la nature.

La connaissance de ce patrimoine devient un enjeu primordial pour l’aménagement de l’espace et la préservation de l’environnement. Les universités et les centres de recherche montpelliérains sont à la pointe des recherches internationales dans les domaines de l’agronomie, de l’écologie, des sciences de l’eau. Depuis quelques années, les sciences biologiques voient se développer les initiatives qui consistent à ouvrir la recherche à la participation du public.

Le monde associatif naturaliste avec ses réseaux de bénévoles a montré le chemin et on assiste aujourd’hui à la montée des sciences citoyennes qui s’appuient sur l’expertise de ces associations en effaçant les frontières entre les professionnels, les associations et le grand public.

L’enjeu est bel et bien celui du partage des connaissances. En lançant son grand projet départemental, « Agir pour la biodiversité », le Département de l’Hérault souhaite s’appuyer sur cette expertise d’usage des milliers d’héraultais, du monde associatif pour conforter la recherche scientifique. Avec « Sentinelles de la biodiversité », nous vous invitons, au quotidien , dans votre environnement proche, à observer et à prendre soin de la nature ordinaire pour les générations futures."

Devenez sentinelles de la biodiversité, une démarche citoyenne dont le succès dépend de vous !

En lançant le projet « Citoyens sentinelles de la biodiversité », j’ai voulu élargir le débat et la participation des citoyens. Etre conscient de l’environnement qui nous entoure, l’observer, sont les premiers pas d’un engagement en faveur du maintien de notre biodiversité. Le projet ? Une façon concrète de s’intéresser à votre environnement par l’observation de 82 espèces animales et végétales, protégées ou non.

Je vous invite à ouvrir vos yeux et vos oreilles lors de vos balades et à venir enrichir les informations que nous avons sur la faune et la flore qui peuplent notre territoire. Vos observations permettront aux scientifiques de suivre les déplacements des espèces, de comprendre leurs habitudes … des indicateurs importants dans le suivi du réchauffement climatique.

Conserver et valoriser la biodiversité héraultaise

La biodiversité, qu’est-ce que c’est ?

La biodiversité regroupe les écosystèmes, les espèces, les populations, les gènes, dans l’espace et dans le temps.

On dénombre aujourd’hui 300 000 espèces de végétaux et plus d’un million d’animaux dans le monde, une liste qui s’allonge tous les jours et à laquelle il faut ajouter les règnes des invertébrés, des champignons, des bactéries dont le recensement, quasi-impossible, relève d’un travail de titan !

Plusieurs initiatives sont entreprises pour améliorer les connaissances sur ce sujet. C'est d'ailleurs dans cette optique que le Département de l'Hérault réalise le projet "sentinelles de la biodiversité".

Attention fragile !

La biodiversité, c’est aussi un univers vivant vulnérable et complexe, dont l’équilibre fragile est menacé par les changements climatiques, l’urbanisation, l’homme.

Le saviez-vous ?

En 2009, la liste rouge mondiale de l’Union internationale de Conservation de la Nature fait état de 17291 espèces menacées : une espèce d’amphibien sur trois, un oiseau sur huit, un mammifère sur cinq, une espèce de conifère sur quatre.Si nous ne changeons pas nos comportements, 25% des espèces connues pourraient avoir disparu d'ici 2050. Les scientifiques sonnent l'alarme depuis quelques années sur les risques d'être témoin d'une 6èmeextinction massive des espèces.

 

Particularité des menaces sur la biodiversité en Hérault

La France compte 5 des 34 points chauds de la biodiversité mondiale (là où elle est la plus riche). Le pourtour méditerranéen est l'un d'entre eux.

L’Hérault, avec son gradin paysager de la mer à la montagne et son importante mosaïque de milieux est directement concerné par les effets du changement climatique. La forte progression de la démographie accentue cette problématique.

La nature ordinaire, une composante essentielle de la biodiversité

Espèces rares ou en voie d’extinction sont souvent celles qui viennent à l’esprit lorsque l’on pense à biodiversité. Toutefois, la nature dite ordinaire composée d'espèces communes ou "banales" (dans un coin de pelouse, un parc urbain, une bordure de route, un jardin, ...) est  importante dans l’équilibre des écosystèmes. Elle est aussi menacée par l’agriculture intensive, la pollution …

Pourquoi s’en préoccuper ?

L'homme dépend fortement de tous ces ecosystèmes pour se nourrir, se soigner, s'hydrater, respirer...la biodiversité participe à notre santé, à l'éducation, à la diversité culturelle, aux losirs.

Les états, les collectivités, les scientifiques, la société civile et chaque citoyen sont concernés par la nécessité de préserver la biodiversité. 

Comment agit le Département ?

Le Département est propriétaire de plus de 120 espaces naturels (environ 8 000 ha) Ces sites constituent un important levier du développement durable, car ils participent à :

  • la conservation de la biodiversité ;
  • la limitation des pollutions et des aléas naturels ;
  • la lutte contre l’étalement urbain et la préservation de poumons verts en périphérie des grandes agglomérations ;
  • le maintien ou l’installation d’activités pastorales ;
  • la lutte contre les incendies.

Toutefois, ces espaces sont limités en surface et en nombre et n’intègrent les notions de dynamique des écosystèmes et la nécessité de leur connexion. C’est pourquoi, l’action du Département est plus large et s’articule autour de la connaissance, la préservation et la gestion.

Comment préserver la biodiversité ?

 Les espaces naturels

Pour faire face à l’évolution démographique, il est indispensable d’aménager le territoire. Toutefois, cet aménagement doit tenir compte des milieux naturels, de leur équilibre et des espèces qui y vivent.

C’est dans cet esprit qu’a été conçu le programme européen Natura 2000 qui, à partir d'une liste d'habitats rares ou d'espèces menacées, identifie des zones du territoire à protéger. Le Département est actif dans ces programmes en animant le site Natura 2000 de Villeneuvette, celui des sources du Lez ou encore en préservant des cavités souterraines inscrites dans ce réseau de sites. Il intervient également financièrement auprès des collectivités territoriales en charge de la gestion des milieux. Exemples : l’opération d’aménagement sur le Larzac méridional, le soutien d’actions du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc.

Les espèces

On peut protéger les espèces en favorisant les connaissances écologiques et en sensibilisant la population à  la nécessité de préserver la biodiversité. Menacées ou non (en référence à la liste rouge européenne), les espèces vivantes jouent un rôle dans leur environnement :

  • les espèces parapluie : dont l'étendue du territoire qu'elle occupe, permet la protection d'un grand nombre d'autres espèces si elle-même est préservée ;
  • les espèces clés de voûte, qui ont un effet disproportionné sur leur environnement comparativement à leurs effectifs ou à leur taille (leur disparition entraînerait un important déclin de nombreuses autres espèces animales ou végétales ;
  • les espèces ingénieurs, espèces endémiques (qui ne se rencontrent nulle part dans le monde).

Le saviez-vous ?Le chabot du Lez est une espèce rare et endémique de la source du Lez. Il fait l’objet d’une grande attention du Département (Natura 2000).et des scientifiques.