Les mammifères

En photos

Le Lapin de Garenne (Oryctolagus cuniculus

  • Comment le reconnaître ?

    Le Lapin est bien connu. Il est plus petit, plus trapu que le Lièvre. Il est souvent en bande, possède des oreilles plus courtes. Le dessous de la queue blanc, bien visible quand il court, est un bon critère.

  • Pourquoi étudier cette espèce ?

    L'abondance du Lapin est inégale dans le département : abondant sur les sables du littoral, il semble plus rare dans les garrigues. L'enquête devrait amener beaucoup de renseignements sur ces disparités.

  • Comment observer cette espèce ?

    Essentiellement au crépuscule (mais aussi de bon matin) dans les milieux ouverts et les lisières. Les tas de crottes sont aussi très faciles à reconnaître et à noter.

Le Sanglier (Sus scrofa)

  • Comment le reconnaître ?

    Ne peut être confondu avec aucun autre animal de nos contrées.

  • Pourquoi étudier cette espèce ?

    Le Sanglier est  en pleine expansion. Familier des milieux fermés (forêts, landes, garrigues denses), il est de plus en plus présent à proximité des cités. Son extension sur les bandes littorales est à préciser.

  • Comment observer cette espèce ?

    Partout, dans tous les endroits possibles. Visible surtout la nuit, le Sanglier est facilement repéré aussi aux traces qu'il laisse au bord des champs, dans les friches, les prairies et sur les chemins boueux.

Le Chevreuil (Capreolus capreolus)

  • Comment le reconnaître ?

    Ne ressemble à aucune autre espèce. Le cerf est beaucoup plus grand

  • Pourquoi étudier cette espèce ?

    Fréquent surtout en montagne, il est de plus en plus souvent observé dans les garrigues et au bord des rivières. L'enquête devrait permettre de bien mesurer son expansion vers le sud du département.

  • Comment observer cette espèce ?

    Dans les lisières, les chemins forestiers, les prairies et les pâturages à l'aube et au crépuscule.

Le Hérisson (Erinaceus europaeus)

  • Comment le reconnaître ?

    Ne peut être confondu avec aucun autre animal de nos contrées.

  • Pourquoi étudier cette espèce ?

    Payant un lourd tribut à la circulation automobile (les hérissons écrasés sur la route sont aussi à noter !), le Hérisson semble mieux se porter en ville que dans les campagnes. A vérifier.

  • Comment observer cette espèce ?

    Essentiellement la nuit, et plutôt au printemps et en été.

L'Ecureuil (Sciurus vulgaris)

  • Comment le reconnaître ?

    Aucun autre animal ne ressemble à l'Ecureuil dans nos régions.

    Presque toujours dans les arbres (mais vient parfois au sol pour récolter de la nourriture). Couleur rousse uniforme avec longue queue très fournie. Navigue avec agilité de branche en branche. Reste souvent immobile quelques instants lorsqu'il est découvert.

  • Pourquoi étudier cette espèce ?

    Aujourd'hui très commun, même (et surtout) en ville, il était autrefois assez rare quand les forêts étaient moins développées.

    Il sera intéressant d'observer sa présence en ville, au bord des rivières et dans les garrigues qui se reboisent rapidement.

  • Comment observer cette espèce ?

    De jour, partout où il y a des arbres, et spécialement des résineux (pins en plaine, sapins ou épicéas en montagne). Les pommes de pins grignotées par les écureuils sont un très bon indice de présence, facile à trouver.

Le grand dauphin (Tursiops truncatus)

  • Comment le reconnaître ?

    Le Grand Dauphin est un cétacé d’une taille comprise entre 2,5 et 3,5mètres de long. Son dos est d’un gris uniforme plus ou moins foncé, et son ventre blanchâtre. Son museau est court, et sa nageoire dorsale présente une concavité de son bord arrière marquée.

  • Pourquoi étudier cette espèce ?

    Le grand dauphin est une espèce patrimoniale et protégée. Prédateur supérieur, il est un très bon indicateur de l’état de la chaîne alimentaire qui le précède. Très sensible aux variations du milieu, il peut être un bon indicateur des variations de ce dernier notamment dues à la pollution ou aux variations de température. Il semble que les effectifs sont aujourd’hui en nette progression dans le Golfe du Lion.

  • Où et quand chercher cette espèce ?

    Le grand dauphin vit préférentiellement non loin des côtes, en petits groupes. Il est possible de le repérer d’un bateau lors d’une sortie en mer. De nature très sociable, il va souvent s’approcher des bateaux pour « jouer » dans leurs vagues d’étrave. Lorsqu'il ne saute pas, on peut le repérer grâce à sa nageoire dorsale qui dépasse de la surface de l’eau.