Gestion des risques

pompiers - cg34

Le Département de l’Hérault est mobilisé dans la lutte contre les risques qui menacent les biens et les personnes

De part ses compétences et les politiques volontaristes qu’il a développées, il est particulièrement actif dans la lutte contre les pénuries en eau, les incendies, les inondations et les mouvements de terrain. La géologie héraultaise, le contexte méditerranéen et les évolutions prévisibles liées au changement climatique rendent ces risques particulièrement présents dans notre département.

Pénurie d’eau

Le risque de pénurie d'eau est un des risques auquel l'Hérault est le plus confronté. Les besoins en eau augmentent de façon importante an raison de l’accroissement démographique, accentué épisodiquement par la fréquentation touristique surtout en période estivale. Or, en saison chaude, on sait que les besoins d’irrigation sont plus forts. Enfin, l’un des effets du changement climatique est la multiplication des périodes de sécheresse. L’ensemble de ces facteurs conjugués risquent d’amplifier les tensions sur la ressource.

Depuis de nombreuses années, le Département anticipe les besoins sur son territoire grâce à un Schéma départemental d'alimentation en eau potable, régulièrement actualisé. Pour les collectivités locales qui en ont besoin, il conduit des opérations de recherche en eau afin de pallier les déficits quantitatifs et les ressources non protégeables.

Les zones les plus tendues se situent dans la zone littorale. Les ressources locales sont soumises aux risques de salinisation, en particulier la nappe de l'Astien fortement mobilisée par de nombreux forages publics et privés.

Afin de résoudre pleinement ces difficultés, le projet Aqua Domitia (amenée d'eau en provenance du Rhône jusqu'à l'Orb) est en cours de développement. Destiné à apporter au territoire une sécurité d'approvisionnement et une capacité d'irrigation raisonnée de la vigne, ce projet est confié à la société d'aménagement du Bas Rhône Languedoc.

Pour le piémont, en plus des nombreuses sources à protéger, la source des Cent fonts prospectée et analysée par le Département est mobilisable pour la zone Est qui connaîtra un développement soutenu et un déficit en eau prochainement.

Ces perspectives ne limitent pas les efforts entrepris qui doivent encore s'intensifier pour lutter contre les fuites et les gaspillages. La réduction des risques de pénurie d'eau passe d’abord par la maîtrise des prélèvements et  la consommation à laquelle chaque collectivité responsable est appelée à contribuer.

Incendie

Le saviez-vous ?

L'été, 3000 sapeurs-pompiers professionnels et volontaires sont mobilisés pour intervenir

Les forêts héraultaises constituent des espaces naturels fragiles. Les feux de forêt ravagent chaque année de nouvelles parcelles qui mettent du temps à se reconstituer. Pour limiter ce fléau, enrayer sa progression et en atténuer les effets, le Département se mobilise avec des partenaires pour la prévention des incendies de forêt.

Le Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) et le Département protègent les 310 000 hectares de forêts, landes et garrigues qui sont classées parmi les plus sensibles de France.

L'hiver, la mission des 120 forestiers-sapeurs encadrés par l'Office National des Forêts consiste à débroussailler et à entretenir 2000 hectares et 3000 km de pistes de défense contre les incendies. Chaque année, 1500 à 2000 hectares sont entretenus manuellement ou mécaniquement par les forestiers sapeurs du Département.

 Adoptez les bons gestes pour éviter des provoquer des incendies !

L'Entente pour la forêt Méditerranéenne
réunit 29 collectivités, 14 départements de la zone sud (incluant le Département de l’Hérault), les 14 services départementaux d'incendie et de secours, ainsi que la collectivité territoriale de Corse.
Pour la 8è année, l'Entente et ses partenaires sensibilisent les touristes et les résidents en forêt, aux bons gestes pour éviter des provoquer des incendies.

En savoir plus : http://www.prevention-incendie-foret.com

Inondations

Le Département apporte son soutien aux communes et aux intercommunalités en charge de la lutte contre les inondations en général par l'intermédiaire de structures de gestion par bassin versant :

  • Apport de connaissances
  • L'identification des zones inondables nécessite la connaissance des phénomènes de débordement des rivières et une cartographie des zones qui y sont soumises.
  • La connaissance des pluies est également soutenue par le Département dans le cadre d'un partenariat avec Météo France, et l'Association climatique de l'Hérault. Une bonne densité de postes sur de longues séries de mesures permet de mieux évaluer les risques de fortes pluies et de sécheresse. Des études hydrologiques par bassin ont permis de mieux connaître les comportements des fleuves et d'améliorer la prévision, bien que la tâche reste difficile, vu la brutalité des orages.Prévention des inondations -Lunel
  • Soutien aux actions de sensibilisation et de maîtrise de l'urbanisation 
  • La maîtrise de l'urbanisation passe par l'interdiction des constructions nouvelles dans les zones les plus exposées, à l'aide d'un outil réglementaire : le Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI).
  • La sensibilisation de la population : tout en aidant les communes à s'équiper pour minimiser les impacts des inondations, le Département a contribué à développer la connaissance des phénomènes (pluies, débits, nappes) et à moderniser les moyens d'alerte.
  • Soutien à la protection des lieux habités
  • Réalisation de digues et aménagement de protection uniquement pour les zones déjà urbanisées. Surveillance et entretien des digues existantes pour mettre en place un système de sécurisation de ces ouvrages.
  • Aide à la restauration et à l'entretien des cours d'eau
  • Cela relève de :
    • l'Etat pour les cours d'eaux domaniaux (publics) ;
    • les propriétaires ou les collectivités locales avec le soutien financier des partenaires pour les autres cours d'eau.

Mouvements de terrain

L’Hérault est confronté sur une partie significative de son territoire à des phénomènes de mouvements de terrain du type coulées de boues, éboulements, écroulements et chutes de pierres, effondrements et affaissements, retrait ou gonflement de certains matériaux argileux.

Dans le cadre d’une étude « mouvements de terrain », le Département a recensé les différents types d’aléas d’ordre géologique pouvant entraîner des désordres sur le territoire départemental (historiquement, plus d’une centaine de sites ont été touchés). La cartographie du risque représente un outil fondamental d’aide à la décision. Cela permet au Département d’optimiser la politique de gestion des infrastructures routières et de construction de bâtiments, d’améliorer indirectement la prise en compte du risque «inondation» au niveau des secours et de l’évacuation des sinistrés, de sensibiliser les élus et les partenaires responsables afin de faciliter leurs décisions dans le domaine de l’occupation des sols en prenant en compte le risque de «mouvements de terrain». Le Département gère ainsi une base de données descriptive de 500 évènements recensés et une cartographie complète de ce risque.

Au-delà de la prise en compte de ce phénomène dans ses aménagements routiers et ses bâtiments, le Département aide les collectivités locales à traiter les sites dangereux pour la population.