Géodiversité

Le Pic Saint Loup, Crédit photo Henri Comte - Cg34

Le département de l’Hérault présente un condensé géologique de l’histoire de notre planète et des différentes étapes de la vie qui s’y sont succédées.

Avec ses reliefs étagés en gradins successifs depuis la côte jusqu’aux monts qui s’alignent au nord du département, il offre des panoramas grandioses, et des paysages  témoignant de bouleversements géologiques majeurs.

La formation de la  chaîne Hercynienne il y a  environ 300 millions d’années, puis de la chaîne  Pyrénéo- Alpine (40 à 45 millions d’années), ont engendré des structures géologiques complexes, et laissé des plissements et failles bien visibles sur le terrain.

Les  avancées et retraits successifs des mers (« transgressions » et « régressions ») ont donné lieu au dépôt de sédiments variés, d’origine marine ou continentale.

Plus récents, des volcans prolongeant ceux du Massif Central, s’alignent  du massif de l’Escandorgue au nord, jusqu’à Agde au sud, laissant dans le paysage des vestiges de leur passage, telles que des coulées et des cônes.

Des roches de toutes origines (sédimentaires, magmatiques, métamorphiques) et de tous âges y sont présentes, des gneiss anciens du Caroux (dont les plus anciens se seraient formés il y a un milliard d’années), aux sables littoraux récents, en passant par les calcaires, dolomies, grès, argiles, laves …. Déposés depuis les temps Précambriens, jusqu’à nos jours : c’est toute l’histoire de la terre, sans interruption, que l’on peut observer  dans l’Hérault.

Les êtres vivants qui ont peuplé mers, lacs et continents y ont également laissé leurs empreintes : coquilles, ou squelettes, trilobites peuplant les mers de l’ère primaire, ammonites et dinosaures du secondaire, grands vertébrés de l’ère tertiaire, mammouths et même, d’après une découverte très récente, nos lointains ancêtres.

 Crâne de Lophiodon, vertébré du tertiaire, trouvé dans les environs d'Aumelas

Crâne de Lophiodon, Photo Jean-Yves Crochet