Biodiversité

AGIR, un plan d’actions en faveur de la biodiversité héraultaise

On estime à 875 le nombre d’espèces éteintes à cause de l’homme depuis 500 ans.

800 espèces végétales sont aujourd’hui menacées d’extinction totale ; plus de 40 % des mammifères indigènes, des oiseaux, des reptiles ou encore des papillons sont en danger.

Conscient de l’ardente nécessité d’agir dans ce domaine, le Conseil départemenatl affirme, à travers un plan d’action 2012/2014, une volonté forte d’inclure la préservation de la biodiversité dans ses politiques sectorielles.

Ainsi, les efforts se concentrent sur la gestion exemplaire des espaces naturels départementaux, la connaissance des milieux, de la faune et de la flore par les inventaires, la sensibilisation des agents du Département et du grand public par la pédagogie à l’environnement.

Les aides aux agriculteurs désireux de favoriser la biodiversité sur leurs exploitations, au monde de la recherche ou encore aux communes et intercommunalités dans ces actions vient compléter le dispositif.

Télécharger le Plan AGIR

Quelques actions témoins de l’engagement du Département en faveur de la biodiversité ordinaire

AGRICULTURE ET BIODIVERSITE

La prise en compte des pratiques environnementales dans les exploitations agricoles est une tendance forte, clairement affichée dans les orientations nationales et européennes.

Afin de contribuer à cette démarche, le Département a décidé, dans le cadre de son plan d’action “Agir pour la biodiversité" et de sa politique agro-environnementale, d’accompagner les agriculteurs dans la mise en œuvre d’actions en faveur des milieux naturels et de la biodiversité.

Le Conseil départemental de l’Hérault apporte notamment son soutien à ces projets lorsqu’ils sont d’initiative collective.

Chaque projet est précédé d’un diagnostic permettant aux agriculteurs de prendre conscience des zones de leurs exploitations ayant une valeur écologique, et des changements à mettre en œuvre pour son maintien et son développement, comme par exemple :

  • la mise en place de haies, le remplacement de haies mono spécifiques,
  • la restauration ou la reconstitution de ripisylves (réouverture ou première plantation),
  • la création de fossés,
  • le creusement ou l'entretien de mares (première réouverture),
  • le premier enherbement sur le rang,
  • la réouverture de milieux (première ouverture),
  • photo : T.Gendrela plantation ou le remplacement d’arbres isolés.

La mise en œuvre de ces actions exemplaires devrait permettre, à terme, de valoriser les exploitations agricoles, pour une agriculture durable, intégrant pleinement en amont la biodiversité dans l'outil de production.

UN ABRI POUR LES CHAUVES-SOURIS

Cette opération a consisté à mettre à disposition des abris à Chiroptères, à nos partenaires institutionnels des communes du Littoral et aux particuliers en 2012 et aux agriculteurs en 2013 afin de favoriser cet auxiliaire agricole que sont les chauves-souris et qui peuvent manger jusqu'à 3000 insectes par nuit

LES CHAMBRES D'HOTES – LA FABRICATION

Dessin original de F.BessetCe sont des abris en bois destinés aux Pipistrelles.
Le toit est constitué d’une chambre à air pour imperméabiliser le bois mais également pour valoriser un déchet qui n’est pas encore recyclable.

Une plaque de plexiglas décorée d’un dessin de chauve-souris, est posée sur l’avant de l’abri ;  le logo du Conseil Général est également apposé, ainsi qu’un numéro d’identification de l’abri. Ces abris sont construits par l’ E.S.A.T. du Mas de Saporta dans le cadre d’un marché adapté.

Un dépliant expliquant les rudiments de la pose de l’abri, des informations sur les différentes pipistrelles est remis à chaque bénéficiaire

L'INVENTAIRE PARTICIPATIF

Chaque abri est numéroté afin de pouvoir assurer un suivi de de sa fréquentation par les chiroptères. Ce suivi est effectué en partie par les bénéficiaires de l’abri. Il est envisagé un programme d’inventaire participatif avec qu’une validation scientifique de l’espèce qui est réalisé par le Groupe Chiroptères Languedoc Roussillon.

Le but de ces relevés scientifiques  est d’assurer un suivi des populations de chauves-souris et tenter de voir les interactions qu’elles peuvent avoir sur le milieu naturel et agricole.

Les bénéficiaires de ces abris signent une charte où sont mentionnés la géolocalisation de l'abri, les coordonnées du bénéficiaire, ses engagements pour la sauvegarde des chauves-souris... afin que chacun se sente responsable et acteur.

Les abris ont été distribués par les partenaires institutionnels, tels que le SYMBO (Syndicat mixte du Bassin de l’Or), le SIEL (Syndicat mixte des étangs littoraux), la Comunauté de communes Hérault Méditerranée, les communes etc….

Découvrir la publication " Un abri pour les chauves-souris"

Abri pipistrelle, photo : R.Majurel