Aménagement du lido

Présentation

Le Lido, un joyau environnemental

Situé entre Carnon et La Grande Motte le lido constitue un espace naturel remarquable de par la qualité écologique de son milieu floristique et faunistique ainsi que par la singularité de son environnement paysager qui lui fait se succéder des dunes, des zones humides, des espaces boisés et des plages.

On compte en effet un biotope riche recensant pas moins de 10 espèces animales et 13 espèces végétales. On peut y trouver des spécimens d’orchidées telles que la spiranthe d’été, protégée au niveau national, ou la flamboyante Orchis des marais avec ses pétales pourpres dont la zone pâturée du Grand Travers abrite une de plus grandes concentration de la région.

Les mares du Grand Travers sont également le lieu de rassemblement, lors des périodes de reproduction, de nombreux amphibiens alors que les reptiles, quant à eux, affectionnent les milieux secs et ensoleillés présents le long du cordon.

La grande qualité environnementale du site a fait l’objet d’un classement par le label Natura 2000. En effet le site, sous l’appellation « Etang de l’Or », est classé Natura 2000 et Zone de Protection Spéciale : la partie nord est incluse dans le site classé (loi sur le paysage) de l’Etang de l’Or.
La totalité de sa partie terrestre est dans le site Natura 2000 « Etang de Mauguio-Carnon » et sa partie maritime dans le site Natura 2000 « Posidonies de la côte palavasienne ».

Il est également couvert par la Zone de Protection Spéciale (directive Oiseaux).

Le site est, en très grande majorité, la propriété du Conservatoire du littoral. 

La fréquentation du site, une richesse touristique mais aussi un péril     

Cette portion de littoral située entre Carnon et La Grande Motte connaît des types de fréquentation distincts selon les périodes de l’année. Au printemps et en automne, le lido est très prisé des habitués et visiteurs locaux. Pendant les vacances d’été, vient s’ajouter un flot important de touristes. Essentiellement rejointe en voiture, la plage du lido du Petit et Grand Travers connaît des pics de fréquentation pendant plusieurs mois de l’année, qui laissent leur empreinte sur le site. Il peut en effet arriver, en haute saison, que l’on dénombre jusqu’à 2000 véhicules stationnés de part et d’autre de la RD 59, mais aussi sur les bretelles d’accès, les giratoires, pénétrant parfois dans les dunes.

Cet afflux saisonnier de populations est un atout indéniable de par son impact positif en matière économique ainsi qu’en terme d’image. Néanmoins, les comportements anarchiques, forcément induits par cette fréquentation, dégradent un environnement, devenu fragile au fil des années.  

Une réhabilitation nécessaire

Au fil des décennies et de manière exponentielle depuis le développement du tourisme de masse dans les années 60/70, le lido subit une réelle dégradation. En effet, les affres causées par le désensablement du littoral, et qui peu à peu voit se réduire l’espace côtier, sont accentuées par les effets de la surfréquentation du site. L’espace dunaire s’est ainsi fragilisé au gré des saisons pour atteindre un point critique qui nécessitait une remise en question de l’exploitation du site. La réhabilitation s’est donc imposée à tous les acteurs comme la seule voie de sauvegarde de ce patrimoine inestimable, avec en ligne de mire le leitmotiv suivant : une renaturalisation mais pas de sanctuarisation.  

Le projet présenté dans les pages suivantes répond parfaitement à ces principes fondateurs qui garantissent la préservation de la nature ainsi que l’accessibilité du site à la population.