Isabelle Huppert lit Sade

Agrandir le texteRéduire le texteImprimer
Agenda
Montpellier
Isabelle Huppert lit SadeIsabelle Huppert lit Sade

C’est un spectacle –si le mot spectacle convient- qu’Isabelle
Huppert reprend régulièrement depuis sa création à Bruxelles
en 2013. On sait combien l’actrice aime être là où on ne l’attend
pas. Combien elle affectionne de passer de la comédie au
drame, du Hollywood des Oscars à un film confidentiel, du
théâtre –elle était Phèdre il y a quelques mois sur la scène
de l’Odéon- au film sans titre de Hong-Sang soo… Alors qui
s’étonnerait que cette boulimique de mots revienne de temps
à autre au banquet littéraire du marquis de Sade.
Banquet aux saveurs équivoques, aux parfums scandaleux
mais somptueux banquet tout de même, le divin marquis étant,
la chose est entendue, parmi les plus grands prosateurs de
la langue française. Mais, du scabreux, de l’outrance, Isabelle
Huppert n’en ressent guère les effets : la voix, dit-elle, sa voix
les met à distance. Bien plus : dans ces textes, «il y a, ajoutet-
elle, un suspense, une naïveté. C’est pathétique, bien sûr,
mais aussi très drôle. Il est certain que la plupart des gens
ne voient pas Sade comme un auteur comique, mais la chose
que je ressens en le lisant, c'est l’humour».
Va donc pour l’humour. Même si ce recueil de textes réunis
par le philosophe Raphaël Enthoven dans Justine ou les
malheurs de la vertu et Juliette ou les prospérités du vice
n’est évidemment pas à mettre à la portée de toutes les
oreilles. Mais quel bonheur d’entendre cette langue-là servie
par cette voix-là…