Vous êtes ici

Et pourquoi Montpellier s’appelle aussi "Le Clapas" ?

Date: 
03/01/2012

Qui a déjà essayé de planter un arbre dans son jardin ? Levez le doigt ! Neuf fois sur dix, que se passe-t-il ? "Ping", la pioche se casse le nez sur un gros caillou. En effet, le sol héraultais, surtout dans sa partie garrigue, est un vrai nid à blocs de calcaire. Les anciens, pauvres agriculteurs non mécanisés, se sont mis en tête de coloniser ces espaces pour les rendre cultivables. D’abord, on envoie les chèvres ou les moutons pour débroussailler et ensuite on sort une à une les pierres du sol. Quel boulot ! "Hé Marcel, je les mets où les pierres ?" "Ben je sais pas, tu n’as qu’a en faire un tas dans un coin". Et voilà, le clapas était né !

En certains endroits, ces clapas peuvent être gigantesques et forment des chemins de pierres qui dominent le paysage. Bien rangé, le clapas devient plus noble : muret de pierres sèches ou servant de matière première pour construire les capitelles, ces cabanes de bergers. Et Montpellier dans tout ça ? Eh bien avant de devenir une grande ville, c’était un espace clafi de tas de pierres, tout simplement. Il a gardé depuis ce sobriquet occitan : "le clapas".

Clapas qui a donné son nom à la ville de Clapiers mais aussi au clapier (celui des lapins) pour des raisons confuses. Les petites bêtes proliféraient-elles dans les tas de cailloux ? Si vous avez la réponse, merci de nous écrire !



Pas touche au clapas

Monuments de nos garrigues, les clapas méritent notre respect. Conservez-le sur votre terrain ou mieux, prenez un cours de construction en pierres sèche. Des associations les organisent. Par exemple :

  • Pierre d’iris à Villeveyrac : 04 67 78 03 76
  • Pierres sèches à Faugères : 06 16 60 81 76