Vous êtes ici

Bien manger au collège

Date: 
09/09/2019

Le Département déploie une politique de haute qualité alimentaire en faveur des collégiens par la mise en place de nombreuses actions volontaristes depuis plusieurs années.

Depuis 2018, il s’appuie sur la loi EGALIM issue des États Généraux de l’Alimentation et poursuit ainsi 3 objectifs :

  • renforcer la qualité sanitaire, environnementale et nutritionnelle des produits ;
  • favoriser une alimentation saine, sûre et durable pour tous ;
  • payer le juste prix aux producteurs, pour leur permettre de vivre dignement de leur travail.
25 000 REPAS SERVIS CHAQUE JOUR DANS LES CANTINES SCOLAIRES

Des produits durables (circuits-courts)

Tous les jours, les équipes professionnelles du Département conçoivent, préparent et servent aux élèves des repas équilibrés, conçus par des diététiciennes, dans le respect d'un cahier des charges qui prend en compte des enjeux environnementaux, économiques et sociaux. 

En 2019, le Département a introduit dans ses menus des produits durables pour contribuer à la qualité des plats proposés et au développement de l’activité des producteurs locaux.

L’objectif : des repas équilibrés, sains et appréciés des élèves.

DANS LES ASSIETTES 35% DE PRODUITS DURABLES DONT 10% DE BIO

La lutte anti-gaspillage

Depuis 2017, 16 collèges du département se sont lancés le défi de réduire le gaspillage alimentaire de 30%.

Cuisiniers, diététiciens, principaux, professeurs, gestionnaires, parents et élèves se sont rassemblés pour mener une réflexion de fond sur la prestation de restauration.

Pour qu’il y ait moins de pertes, des « ateliers cuisine » ont été mis en place pour tester de nouvelles recettes équilibrées auprès des élèves.

Résultat : plus de produits bios, locaux, labellisés, dans les assiettes des enfants !

Dons de denrées

Le Département intensifie la lutte contre le gaspillage alimentaire avec la possibilité aux restaurants scolaires de faire des dons alimentaires aux associations caritatives.

Une convention a été mise à disposition des collèges pour promouvoir ce don, sécurisant la démarche sur les plans sanitaire et juridique.

Aides au repas

Un repas complet à prix accessible pour les enfants de familles à faible revenu : le Département y contribue par une aide allouée aux collégiens demi-pensionnaires et pensionnaires. Son montant est calculé en fonction des revenus.

 

Le Département lutte contre le gaspillage alimentaire et sensibilise les collégiens, par le biais d’ateliers et d’actions spécifiques au sein des établissements.

 

Objectif 2020 : le Département projette de diminuer le prix des repas pour les familles les plus en difficulté et ainsi proposer au plus grand nombre une restauration de qualité.

10 000 COLLÉGIENS CONCERNÉS PAR  L’AIDE AU REPAS

Innovation nutritionnelle

Depuis septembre, des menus alternatifs sans protéines animale sont proposés par les 5 UPC départementales.

Des avis qui comptent !

Chacune de nos UPC convie l’ensemble de ses collèges satellites, lors de chaque cycle de menus, à savoir 5 fois dans l’année, pour échanger sur les menus qui ont été proposés aux collégiens.

Ainsi l’ensemble des cuisiniers, gestionnaires, ainsi que des représentants de parents et de collégiens peuvent s‘exprimer sur l’offre du Département au cours de ces « commissions de menus ».

Par ailleurs, des enquêtes de satisfaction sont remplies depuis un an, chaque jour, par les cuisiniers des collèges qui font la synthèse du ressenti des collégiens sur chacune des composantes du repas.

Plus de transparence

Le Département s’engage à proposer aux collégiens héraultais une restauration de qualité

Le Département s’engage en 2019 dans une démarche de labellisation de sa politique de restauration scolaire.

Cette labellisation « label en Cuisine » attribuée par ECOCERT, reconnait ainsi les collectivités engagées pour une alimentation bio, durable, locale et de saison.

Les restaurants scolaires des collèges du Département ont récemment décroché le niveau 1 de la labellisation basés sur une dizaine de critères, notamment :

  • au moins 10% de bio et 10 composantes par mois ;
  • au moins 1 composante bio et locale de la fourche à la fourchette par mois ;
  • des menus clairs et contrôlés, pas d’OGM ni d’additifs interdits ;
  • une sensibilisation à l’écologie et au gaspillage.