Chaque année depuis 40 ans, les 105 forestiers-sapeurs de l’Hérault débroussaillent, élaguent, entretiennent garrigues, bois et forêts. Moins connus que le Service d’incendie et de secours, ils préviennent à eux seuls 84% des départs de feu. Rencontre.

Un temps sec, une légère brise… Les forestiers-sapeurs n’ont pas attendu notre venue ce matin-là pour commencer à entretenir les 2 020 km de pistes DFCI (Défense des forêts contre les incendies) et 850 km de réseau de surveillance de l’Hérault. C’est d’ailleurs
là leur force : l’anticipation.

Un vrai jeu de pistes

Leur présence permanente sur le terrain permet aux forestiers-sapeurs d’intervenir au plus vite lors d’un départ de feu. "Pour la saison estivale 2016, notre délai moyen d’intervention était de 6 minutes », précise David Salmon, chef de service adjoint des forestierssapeurs de l’Hérault.

Sapeurs-Forestiers.jpg

Un équipement performant

Chaque été, les forestiers-sapeurs passent en mode "combat" : 45 patrouilles "armées" sont réparties sur 53 îlots de surveillance. Reliés par GPS à la plateforme du SDIS de Vailhauquès, leurs 4x4 sont équipés de 600 à 1 300 litres d’eau et de motos pompes.

Une passion pour le grand air

"Suivez-nous, on va vous montrer notre “Chaptrack“ , il est sur les hauteurs de Saint-Pargoire." Ce tracteur permet d'intervenir sur des terrains difficiles d'accès débroussailler, tronçonner et broyer de gros troncs d’arbres, lors par exemple des épisodes cévenols.

L’Hérault est un des seuls départements de France à confier aux forestiers-sapeurs et aux rando-pisteurs la préservation des garrigues. Jacques Rigaud, vice-président aux moyens opérationnels.