Le 23 mai, deux thoniers prennent la mer du port du Grau d'Agde.

Une pêche réglementée

A bord, deux capitaines et deux équipages pour un mois d'activité intense. Pour se lancer dans cette expédition au large des Iles Baléares, deux thoniers :

  • « Gérard Luc 3 » avec le capitaine Jean-Luc Buono 

thonier-gerard-luc.jpg

  • « Ville d'Agde 4 » avec le capitaine André Fortassier 

agde4.jpg

 

A bord du «Ville d'Agde 4 », le jeune Sébastien Fortassier poursuivra sa formation de pêche au thon, pour reprendre la succession de son père. Nous vous proposons de suivre le quotidien de ses pêcheurs sur notre page Facebook, avec des vidéos qui seront envoyées directement du Ville d'Agde 4.

Un mois en mer pour pêcher ce poisson si convoité de Méditerranée. Les thons sont en effet pêchés à la senne, c'est-à-dire conservés vivants dans des filets en pleine mer. La pêche au thon de Méditerranée est réglementée par des quotas depuis dix ans. Les pêcheurs partent en moyenne trois semaines, au large des Baléares et de Malte. Aujourd'hui, cette espèce est moins menacée, les professionnels ont su s'adapter à des méthodes de pêche durables. Des visites guidées sur le thon de Méditerranée seront d'ailleurs organisées au Belvédère de la criée d'Agde pendant la campagne de pêche.

Des éco-labellisations à venir

Le thon rouge de ligne, issu de la pêche artisanale, n'est pas en reste. Deux éco-labellisations sont envisagées : le label international MSC (Marine Stewardship Council) et le récent éco-label Pêche durable de FranceAgriMer. Douze navires sont concernés par cette démarche dans l'Hérault, soit 60 % de la pêche nationale.

Pour soutenir cette démarche, le Département de l'Hérault s'est engagé en versant une subvention de 32.625 € pour 2017 et 2018.