Le 1er juillet 2016,  les agents routiers du Conseil départemental de l’agence technique d’Agde ont réitéré leur opération de "ramassage des déchets" sur les bords des RD situées à proximité de la lagune du Bassin de Thau. Un travail qu'ils effectuent toute l'année avant de pouvoir entretenir nos routes.

La problématique des déchets disséminés par des usagers indélicats sur les bords de routes est toujours aussi prégnante. A fortiori en cette période estivale où les touristes affluent. Avec en toile de fond la démarche de "Route Durable", qui guide toutes leurs activités, les services routiers du Département multiplient les actions pour inverser la tendance, à l’instar d’une initiative originale de l’agence technique d’Agde...

Depuis 2015, l'agence routière mobilise tous ses agents une demi-journée sur une opération de ramassage des déchets polluant les accotements et les fossés des RD. Une action préalablement nécessaire au fauchage, pour différentes raisons. Déjà parce que cela permet de ne pas découper les papiers, plastiques... en confettis lors des interventions de fauchage mécanique, et ainsi, de ne pas les éparpiller dans la nature, ni dans les cours d’eau... qui se déversent dans l'étang de Thau. Ensuite, parce que parmi les déchets figurent de nombreuses bouteilles en plastique, dont les contenus éclaboussent les gyrobroyeurs, quand ce n'est pas les agents directement ! C'est donc aussi une question d'hygiène et de sécurité.

Quoi de neuf depuis 2015 ?

Quatre panneaux "Ne jetez plus" ont depuis été installés le long de la RD600 et de la RD613. "C'est déjà très bien... Mais ce n'est pas suffisant" réagit Sylvie Pradelle, conseillère départementale du canton de  Frontignan. "L'an dernier, l'opération avait un objectif de sensibilisation. Et maintenant, il faut une prise de conscience. Et ce n'est pas que l'affaire du Département. Si on veut travailler dans la durabilité, nous avons intérêt à le faire en collaboration avec les EPCI, les communes... tous ensemble."

Dans cette démarche, le Syndicat Mixte du Bassin de Thau (SMBT) est un partenaire privilégié. Le 15 juin dernier, il menait une action similaire, en collaboration avec la Communauté de communes Nord du Bassin de Thau, aux abords de la Lauze, sur la partie amont [ Lire la suite sur smbt.fr

Autre nouveauté, deux sociétés privées ont été embauchées pour renforcer l'action du Département : l'entreprise d'élagage BRL ainsi que l’entreprise adaptée EAOS de Lunel. L’agence technique d'Agde a en effet souhaité intégrer des travailleurs handicapés à sa démarche.

issanka3.jpg - © V. Perez / Dpt 34 / 1er juillet 2016
Photo : V. Perez / Dpt 34 / 1er juillet 2016

L’opération du vendredi 1er juillet

Le périmètre du ramassage en 2016 s'est étendu. Compte-tenu de la sensibilité de la lagune et des zones humides, en plus des secteurs 2015 autour d'Issanka, les agents ont ramassé les déchets le long de la RD612, la déviation d'Agde, proche de la réserve naturelle du Bagnas.

Trois secteurs :

  • Sur le lit et aux abords de la Lauze, dans sa partie aval, se jetant dans l’étang de Mougères contigu à la crique de l’angle sur l’étang de Thau;
  • Sur le secteur d’Issanka et de l’échangeur des RD600 et RD613, proches de la sortie autoroutière de Poussan ;
  • Sur le secteur RD612 au niveau de la déviation de Vias ainsi qu’entre l’étang du Bagnas et l’échangeur de la Guiraudette sur la commune d’Agde.

En 2015, près de 10 m3 de déchets ont été collectés en une demi-journée. Selon les premières estimations 2016, il s'agirait de 20 m3 récoltés en ce 1er juillet !

Et maintenant ?

heureusementontaimeCmorgo.jpg
L'ouvrage est disponible chez les diffuseurs de presse des villages du canton de Mèze et chez Presse Saint-Clair, 1, boulevard Danielle-Casanova (face à la médiathèque) à Sète (10 €).
Touchée de près par la pollution de la lagune de Thau, puisqu'elle y est conchylicultrice, Audrey Imbert, conseillère départementale du canton de Mèze, déléguée à la pêche et à la conchyliculture est horrifiée :  "Plus les agents ramassent de déchets, plus il y en a. Il faut absolument sensibiliser, et peut-être envisager de la repression si cela s'avère nécessaire..."

Autre idée : "Nous sommes sur des zones sensibles par rapport aux déchets. Il faudrait que dès l'école primaire, en CP, toutes les semaines, on fasse de l'éducation à l'environnement. Je compte beaucoup sur les jeunes pour qu'ils puissent éduquer les adultes !" avoue Christophe Morgo, vice-président délégué à l'environnement, auteur de l'ouvrage "Heureusement, on t'aime", un constat étayé d'images du Bassin de Thau qui permet d'en montrer les richesses mais aussi de déplorer les pollutions... 

Malgré ce tableau inquiétant, plusieurs bonnes nouvelles ! Les 14 communes de la lagune de Thau ont signé une charte "Objectif zéro phyto", qui les engage à réduire leur utilisation de produits phytosanitaires. Autre point positif : les sacs plastiques fins sont désormais interdits aux caisses des commerces, en application de l'une des dispositions de la loi sur la transition énergétique. Moins de sacs à prévoir sur nos routes donc... Et aussi, des solutions incitatives existent comme ces grandes poubelles qui permettent aux conducteurs de jeter leurs déchets sans descendre de leur véhicule. Pratique et écologique !

issanka1.jpg - © Photo : V. Perez / Dpt 34 / 1er juillet 2016
Bravo aux agents routiers départementaux ! Cette journée du 1er juillet est un beau geste au bénéfice du paysage, de l’environnement et de la solidarité ! Un engagement soutenu et salué par les conseillers départementaux Audrey Imbert, Sylvie Pradelle et Christophe Morgo. Photo : V. Perez / Dpt 34 / 1er juillet 2016