Le carburant, c’est pas écolo et y’aura bientôt plus de pétrole de toutes façons. D’un autre côté, la production électrique en France est surtout nucléaire. Dilemme. Que choisir ? C’est quoi le moins pire ?

En 2012, selon le plan Borloo, 60 000 véhicules électriques auraient dû être immatriculés en France. En réalité, 5 000. C’est donc… un flop. Pourtant, c’est chouette l’électrique : peu de bruit, pas de gaz d’échappement nocifs pour l’environnement et c’est économique (2 € la recharge pour 100 km au tarif actuel). Alors, qu’est-ce qui coince ? Tout d’abord : le prix d’achat.

L’Etat offre un bonus écologique de 7 000 € max, mais comptez 30 000 € pour une petite citadine. Va falloir en faire des bornes pour rentabiliser ! Et si on s’y met tous, ça risque d’impliquer une surconsommation d’électricité, surtout produite en France à partir d’énergie nucléaire… Aïe. Autre bémol : le manque de stations de rechargement et l’autonomie des batteries encore assez limitée. Attention mesdemoiselles ! Le "coup de la panne" peut vite arriver. Surtout en hiver quand le chauffage du véhicule pompe dans la réserve d’électrons. Comptez rouler 80 km maxi. Après, vous poussez. Alors, emballé ou pas par l’électrique ? Venez sur herault.fr, on a besoin de vos lumières.

"Non, car passer au tout électrique veut dire : maintenir le tout nucléaire. La solution : les hybrides et le gaz naturel, issu des piles à combustible à hydrogène ou par méthanisation de la biomasse." Monique Pétard, vice présidente déléguée à l’environnement, au développement durable et Agenda 21

Mpetard1.jpg

Donnez votre avis sur herault.fr :

debat-voitures.gif