Ils sont 42 candidats, sélectionnés pour leur audace dans le domaine du vin. Les lauréats seront connus le 11 juillet lors d’une soirée parrainée par Pierre Arditi.

Devant les journalistes, André Vezinhet a dévoilé l'identité du parrain de la 2e édition des Vincoeurs :

Chargement du lecteur vidéo ...

Dans l’Hérault, ils sont déjà six à contempler fièrement leur trophée, symbole du prix décroché au premier concours Vincœurs, en 2011. Organisé par le Conseil général, Vincoeurs récompense l’innovation au service de la viticulture. Des démarches exemplaires dans des domaines aussi variés que l’approche environnementale, le marketing, l’œnotourisme, l’action solidaire, etc. En 2012, quarante-deux nominés sont en lice pour sept prix, décernés par un jury de journalistes et de professionnels de la viticulture. Cette année, une 7e catégorie apparaît. Baptisée Pluri’elles, elle récompense des femmes qui, par leur talent et leur implication personnelle, s’érigent en ambassadrices d’une viticulture d’excellence dans l’Hérault. La Biterroise Alexa Bourniquel fait partie des nominées. Patronne de la jeune entreprise Le Vin au cœur des femmes, elle organise séminaires et animations pour promouvoir la cinquantaine de domaines autour de Béziers. Ravie d’avoir été sélectionnée, elle trouve le concours « sympa ». « J’espère que cela m’aidera à faire connaître mon activité et rencontrer les gens du monde du vin. Cela permet aussi d’attirer l’attention sur les crus du Biterrois, qui souffrent d’un manque de notoriété. »

Le Département lui aussi fait preuve d'innovation en matière de viticulture. Henri Cabanel explique l'expérimentation en cours de cépages résistants aux maladies de la vigne. Une expérience que les élus ont ramené d'Allemagne :

 

Chargement du lecteur vidéo ...
 

Belles histoires
Parmi les nominés, on trouve aussi des belles histoires de solidarité : les Compagnons de Maguelone, qui accueillent 84 personnes en situation de handicap. Ou le groupement d’employeurs Lou Magal. Trois vignerons de Magalas qui s’associent pour permettre la réinsertion professionnelle d’un citoyen de leur village, victime d’un grave accident de la route. Dans les autres catégories, à côté de vignerons, on trouve aussi des scientifiques, des restaurateurs, des créateurs de sites internet ou d’applications pour mobile dédiés au vin.

La fierté d’être reconnu
Pour Henri Cabanel, vice-président du Département en charge de l’agriculture, c’est toute l’originalité de ce concours : « Rassembler toutes les composantes de la sphère viticole, sans a priori. »  Le concours n’est pas doté financièrement mais comme le rappelle l’élu : « Pour les nominés et encore plus les lauréats, la reconnaissance de toute une profession est la plus belle des récompenses et un encouragement à continuer sur la voie de l’innovation ». Et pour que la soirée soit véritablement inoubliable, le lauréat recevra son prix des mains d’un amoureux du vin, le comédien Pierre Arditi.


Le vin fait son entrée à Pierresvives
En matière d’innovation, le Conseil général donne l’exemple ! André Vezinhet a annoncé la création d’une oenothèque, abritée dans le sous-sol de Pierrevives, le bâtiment ultra tendance dessiné par Zaha Hadid. 3000 bouteilles de 50 domaines héraultais y seront conservées. Objectif : démontrer objectivement la capacité de vieillissement des grands crus héraultais. Une fois par an, un panel de spécialistes effectuera une dégustation pour tester l’évolution des vins. Si les crus du Languedoc sont reconnus pour leur qualité gustative, ils n’ont pas encore une image de vins de garde, à l’instar des Bordeaux ou Bourgogne. L’expérience de Pierresvives devrait permettre de changer le regard des amateurs de vins sur les appellations héraultaises.