Mercredi 12 octobre à 9 h 30, Pierre Maurel, vice-président du Département délégué à l’éducation pour tous et à l’administration générale recevait M. Schléret, président de l'Observatoire national de la sécurité et de l'accessibilité des établissements d'enseignement, au collège Gérard-Philippe à Montpellier.

Ils ont pu découvrir les travaux réalisés dans le cadre du programme de sobriété énergétique et d’accessibilité des bâtiments publics départementaux. Depuis la construction du collège Ray-Charles à Fabrègues, site pilote en matière d’accessibilité pour tous, le Département de l’Hérault a mis en place une politique d’accessibilité des bâtiments aux élèves handicapés.

 

CollegGirardPhillipe_7.jpg - © C. Cambon, oct 2011
Photo : C. Cambon, oct 2011

 

En 2008/2009, une étude portant sur la sobriété énergétique du bâti afin de répondre aux objectifs du Grenelle et sur l'accessibilité pour tous, au sens de la « loi du 11 février 20051 pour l’égalité des chances » a été réalisée. Elle concernait tous les collèges, 19 halles de sports et les plus importants bâtiments départementaux.
Objectif : rendre accessible tous ses sites à l'horizon 2015 et améliorer la performance énergétique du parc immobilier.
Résultat : la mise en place d’un Plan accessibilité et performance énergétique d'une durée de 7 ans doté d’un budget de 60 M€ (dont 50 M€ dédié à 59 collèges).

Du point de vue de la performance énergétique, concrètement, ce programme prévoit une diminution de 38% au moins des consommations de chauffage, éclairage, ventilation, eau chaude sanitaire et climatisation et une baisse de 50% des émissions de gaz à effet de serre.

Au plan de l’accessibilité, le Département a travaillé avec le Comité de Liaison et de Coordination des Personnes Handicapées de l'Hérault qui l’a aidé à établir le « Référentiel accessibilité », c’est-à-dire définir les bonnes solutions techniques adaptées et utiles, et à évaluer la pertinence et l’intérêt des travaux réalisés.

Depuis juillet 2010, des travaux ont été réalisés dans 5 collèges : Louise-Michel à Ganges, Ray-Charles à Fabrègues, Jean-Perrin à Béziers, Gérard-Philipe à Montpellier et Victor-Hugo à Sète afin de tester les solutions retenues et évaluer leur intérêt.