ZzzZZzzzzz ! Qu'ils sont énervants ces moustiques ! Surtout quand les femelles nous attaquent en pleine nuit... Ahrrg ! Heureusement pour nous, les PROIES, pauvres victimes de ces insectes peu fréquentables, l’EID Méditerranée (Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen) neutralise toute l'année l’apparition des larves de moustiques sur plus de 10 000 hectares de zones marécageuses, 2 500 kilomètres de fossés et 95 000 "gîtes" urbains, avec une fréquence qui dépend des conditions climatiques et des modifications du milieu dues à l’Homme. Il est est l’opérateur de 6 collectivités territoriales, dont le Conseil général de l’Hérault (avec les CG 66, 11, 30, 13 et la Région L-R)

Sur les 48 espèces de moustiques qui existent sur le bassin méditerranéen, seules 8 nous piquent, et 3 sont "contrôlées" par l'EID Méditerranée : Aedes Caspius et Aedes detritus que l'on trouve notamment au niveau des étangs, et Culex pipiens, en milieu urbain.

Nicolas BONTON, chef de l'agence opérationnelle Montpellier-Fréjorgues de l'EID

> Quelle est l'origine de la démoustication ?

Chargement du lecteur vidéo ...

 

Sales bêtes ! Pourquoi est-ce qu'on ne les supprime pas toutes ?

Parce que c'est im-pos-sible ! Les femelles moustiques pondent des oeufs sur les zones de marais temporaires, mais tous ces oeufs n'éclosent pas en même temps, et le larvicide utilisé par l'EID n'a pas la possibilité d'éradiquer toutes les larves ! La stratégie depuis 50 ans ne peut pas être basée sur l'éradication mais sur un contrôle des populations qui vise à baisser les quantités larvaires.

La méthodologie 

D'abord, l'EID dresse une cartographie des sites larvaires potentiels d'Aedes sur tout le territoire qu'elle traite. Celle-ci montre, grâce à un code couleur, les zones où les femelles ont le plus de chance de pondre en cas de mise en eau, c'est-à-dire, quand le niveau de l'eau augmente en raison d'une forte pluie, de "coups de mer" ou à cause des irrigations humaines.

> Comment lire cette carte ?

Chargement du lecteur vidéo ...
 

Mettons-nous en situation : dans l'étang de l'or, une mise en eau s'est produite. Les agents de terrain de l'EID commencent alors une phase de prospection qui consiste à prélever des échantillons dans les zones "à risque".

> Mais Nicolas ! Que faites-vous avec ce filet au milieu des salicornes !?! 

Chargement du lecteur vidéo ...

 

Si d'après l'échantillonnage, il y a bel et bien des larves de moustiques dans les zones contrôlées, l'EID détermine sur carte une surface à traiter et choisit le mode de diffusion du larvicide : avion, quad ou engin chenillé.

Le larvicide en question, parlons-en. En raison du cadre réglementaire contraignant et du contexte économique et industriel (intérêt commercial, situations de monopole…) il y a peu d'insecticides disponibles. Le seul sur le marché depuis 2006 est le Bti, le Bacillus thuringiensis, sous-espèce israelensis :  une bactérie naturelle trouvée couramment dans le sol, non pathogène pour l’homme, poissons, crustacés, abeilles, flore, etc. Pour que le Bti fonctionne, il faut que les larves l'ingèrent. Elles meurent en 24 heures.

Après traitement, ce n'est pas fini ! Le moustique est coriace et l'EID Méditerranée évalue l'efficacité de son traitement : est-ce que la densité de larves de moustique a bien baissé ? A quel taux de mortalité ?

> Comment contrôle-t-on si la démoustication a bien fonctionné ?

Chargement du lecteur vidéo ...

> Pour finir, un tuyau : si j'habite dans l'Hérault et que je souhaite éviter de rencontrer un moustique, où faut-il que j'aille ?

Chargement du lecteur vidéo ...
 

Bon et bien soyez rassurés alors ! Et n'oubliez pas par précaution de fermer vos fenêtres au coucher du soleil...