Patrick Devedjian a fait un saut lundi 20 juillet dans l’Hérault et dans le Gard pour visiter quelques chantiers faisant partie du plan de relance du Gouvernement. "Il est révoltant de constater que le projet pierresvives, qui correspond à tous les critères du plan de relance, n’ait pas été retenu. Résultats 6 M€ de moins que prévu. Révoltant aussi ces effets d’annonce sur des projets qui de toute façon devaient se réaliser. Il s’agit d’un vaste habillage d’opérations prévues depuis de nombreuses années. Parallèlement, la déviation de la RN113 à Lunel prévue depuis plus de 17 ans n’est toujours pas financée par l’Etat".

Le président du Conseil général, député, déplore également l’incohérence de certains projets comme le tronçon du mas de la ratte récemment inauguré. "Cela fait 20 ans que le raccordement à la A750 est attendu. A chaque année, on inaugure de petites portions qui ne changent rien à l’encombrement des routes. Depuis que les 4 km de la section du mas de la ratte sont ouverts on a jamais vu des files d’attente aussi longues".

Du côté du biterrois, qui est abandonné par le plan de relance, affirme le président, même incohérence autour des travaux sur le RD 612 transférée au Département en 2006. "Je suis intervenu récemment auprès du ministre Borloo pour qu’enfin l’intelligence prime dans la réalisation des infrastructures routières autour de Béziers. La  dénivellation d’un carrefour (prévue dans la DUP de l’A75) et le complément de l’échangeur projeté au Nord de Béziers permettraient de réduire considérablement les difficultés de circulation à l’Est de Béziers".